Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le monde du sport serait-il à son tour devenu dingue ? En l'espace de quelques semaines deux femmes viennent d'accéder à d'importantes responsabilités sportives. Deux escrimeuses en plus. Oui, vous ne rêvez pas, deux femmes casquées mais même pas voilées...satanée modernité !

Qu'a donc fait l'Homme pour mériter une telle pénitence...? Avons-nous bien mesuré les conséquences d'un tel acte ?

L'information est presque passée inaperçue dans nos journaux et sur nos écrans, pourtant Florence Hardouin a bien été nommée Directrice Générale de la Fédération Française de Foot. Personne ne s'en est indigné. Il serait urgent de le faire. Qu'elle mène aux destinées du service marketing fédéral, son poste précédent, soit, ça peut encore passer...quand tu as Carrefour comme partenaire principal, ça peut se comprendre. Mais de là à passer Directrice Générale, il y a quand même un pas qu'il n'est pas bon de franchir. Comment va t-elle faire pour commenter l'activité footballistique essentielle à la bonne prospérité d'un comptoir de bistro alors qu'elle connaît aussi bien le foot qu'un homme connaît la marque du fer à repasser domestique ? Finie la brève de comptoir salace, terminé le petit commentaire raciste furtif, au chômage le journaliste arrondissant ses fins de mois grâce à la parution des inédits du petit ballon de blanc. A l'heure où notre industrie fout le camp, est-ce bien le moment de confier les destinées de l'industrie du Foot à une femme !?

Une autre information est, elle aussi, passée presque inaperçue. Oui, une autre femme a été élue à la tête d'une fédération sportive Française, Isabelle Lamour. Une première je crois. Là encore l'indignation doit être de mise. Quand on a donné le droit de vote aux femmes en 1944 c'était juste pour qu'elles glissent un bulletin dans l'urne, si possible le même que leurs maris pour ne pas semer le trouble au sein du foyer...ce n'était absolument pas pour qu'elles puissent être élues. Là encore, un pas irrémédiable a été franchi dont les conséquences pourront s'avérer désastreuses. Car la femme est faible...trop faible, et même auréolée du pouvoir qui jadis faisait bomber le torse à nos élus moustachus, elle ne pourra compenser ce handicap évident. N'a t-on pas d'ailleurs entendu au cours de la campagne électorale pour la présidence de la F.F d'Escrime que c'était grâce à son mari que Madame Lamour était parvenue à ses fins... Cette évocation aurait dû nous alerter, nous faire prendre conscience qu'une mère de famille élevant ses enfants et arrachant des dents dans son cabinet dentaire ne saurait elle-même s'arracher à sa condition de femme sans l'aide avérée d'un homme.

Oui la femme est faible...donnez-lui du pouvoir et vous verrez. Certes, d'un strict point de vue morphologique, la femme n'a en général pas l'impérieuse nécessite de gonfler la poitrine plus que de besoin, mais a t-on pensé une seule seconde à tous ces hommes qui à l'avenir ne pourront faire valoir leur position hiérarchique pour conter fleurette au boulot...terminé le « Mignonne allons voir si la rose... » demain ce seront les femmes qui tiendront le bouquet...des femmes à poigne. Ça va faire mal. Oui, a t-on pensé à ceux qui avaient pris pour habitude de prendre leur pied en massant ceux des subalternes en jupes, à ceux qui se divertissent entre deux dossiers en laissant tomber leur stylo à terre, ou encore à ceux qui se jouent de la crédulité et de la faiblesse de têtes blondes colorées et mises en plis. Messieurs le plaisir est derrière nous.

La femme étant par nature aussi gourmande que le mâle est dominant, elle ne s'arrêtera pas en si bon chemin...elle ira, elle aussi, acheter des chocolats en Suisse, finira elle aussi par se jeter sur le mâle forcément consentant, telle une Cougar affamée par la recherche d'un coït exotique.

Profitons de ces dernier moments de liberté...demain il sera trop tard. L'époque du film les « Chariots de feu » paraît belle et bien révolue. Souvenons-nous nostalgiquement de cette évocation épique du duel sportif fratricide qui jadis opposa deux Grands-Bretons réunis au sein d'un même collège Anglais, le Trinity Collège. Un lieu ayant accueilli quelques grands de ce monde...le Prince de Galles, Isaac Newton, Gandhi et quelques 32 prix Nobel en tout genre dont aucun n'était une femme. Preuve irréfutable de la suprématie intellectuelle du cerveau à moustache. Souvenons nous de la musique de Vangelis qui berçait la bande sonore des « Chariots de feu », laissons-la encore un instant nous caresser les oreilles et profitons... Dans peu de temps les Chariots seront des caddies que les hommes pousseront aux surgelés...et ce ne sera plus la même musique !

       

Newzorro

Partager cette page

Repost 0