Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ça y est, c’est fini…extinction de flamme. Fin du barbeuk. On s’est régalé, comme tous les quatre ans. On a vu des stars dont le sacre paraissait inéluctable finir carbonisées…oubliées sur le grill ! On a aperçu brièvement des tournebroches qui avaient du mal à tourner un petit fer à brochette.  Vu des superbes gambas rôtir sur du sable chaud, des plancha Japonaises, des plongeurs de haut vol, des serveurs imprévisibles, des experts en allumage, des vieilles braises refaire des flammes ...on a tout vu ! Oui c’était très bien, tellement bien qu’on en redemande, on en reprendrait bien un deuxième plat. En revanche il faudrait changer le personnel de service, on ne peut décemment plus  tolérer  que la fête soit gâchée par certains journalistes sportifs ressemblant à s’y méprendre à  de la viande avariée. Allez, au feu les Monfort, Godard  et consorts ! Ne soyons pas méchants, envoyons les simplement en reconversion à « Des Chiffres et des Lettres » et à « Question pour un champion », ils devraient incontestablement y trouver une place de choix tout en apportant leur petite touche personnelle si appréciée…autrement il y a aussi « Silence ça pousse », pour  eux qui sont en pleine crise de croissance de leurs audiences personnelles ça devrait aussi le faire !

 

Quel régal quand même…hier soir, un final en apothéose : victoire historique de nos handballeurs suivie par la cérémonie de clôture. Bravo à TF1 ! Pour les JO ils ont mis les petits plats dans les grands. Une superbe cérémonie d’ouverture et une magnifique cérémonie de clôture diffusées en live, et entre les deux la diffusion des phases de poule et des combats de coqs de Secret Story…du haut niveau, merci ! Remarquez ça prépare pour la rentrée. Oui, il faut se préparer sinon quand tu sors des JO tu risques le vrillage cérébral, le cauchemar intempestif, le nervous breakdoune…

Oui, ne croyez pas que la vie de sportif est un long fleuve tranquille,  n’imaginez pas un seul instant que l’état de grâce va perdurer, non, le choc sera brutal, terrible…il va les attraper dès leur retour, leur tomber dessus comme la misère sur un village Africain, comme une bombe sur une maison Syrienne ! Voilà ce qu’il risque de se passer.

Le sportif olympique vient de passer 1 mois stage compris à être bichonné, chouchouté. Il a fait sa compétition avec plus ou moins de réussite et il a surtout vécu des moments de vie d’une rare beauté. Il a côtoyé ce qui se fait de plus beau, touché du doigt ces instants d’éternité, ces moments de vie où tout le monde se mélange dans une danse folle, sans races, sans religions, sans politique, sans stéréotypes…en tout cas pour ce qui concerne les compétiteurs, bref les sportifs ont baigné uniquement avec la joie et le bonheur de partager des moments d’une rare plénitude. Oui, je sais certains riront, diront que c’est un cliché. Peut-être, mais que c’est bon ! Quel bonheur d’être au milieu de ces athlètes pendant cette cérémonie, on a des images plein la tête et on les garde au  fond de son cœur pour plus tard quand on en aura besoin.

En revanche, pour l’immédiat, le choc est donc brutal. Pour le sélectionné Olympique qui débarque en France le lendemain de la cérémonie de clôture, la gueule de bois n’est pas prête de s’estomper, la redescente est souvent fatale.

Première étape, le taxi Parisien…une chance sur deux de tomber sur un connard râleur qui considère que tu lui fais un honneur de monter dans sa voiture pourrie. Oui pourrie car il y a encore des poils de chien sur la vieille couverture posée sur le siège arrière, parce que les poignées sont déglinguées et parce que ça sent encore le tabac froid. Direction le périph avec comme accompagnateur une radio trop forte et un chauffeur qui ne suit pas le sport parce que ça le gonfle…les gars trop payés ça le gonfle, sa femme le gonfle, sa vie le gonfle, il en a marre de tout sauf d’être gonflé par tout. Dommage ! On a vu mieux comme atterrissage.

Deuxième étape : l’appartement. Retour chez soi…ah ça fait du bien de revenir à la maison ! On ouvre les fenêtres, on s’affale dans le canapé dans un mélange de fatigue et de joie de retrouver ses marques, et puis…, et puis le vide… pas de bruit, pas de mecs en survet’ en train de déconner ou d’autres en train de parler compet’, personne en train de faire une partie de cartes…le désert !

 Vite, direction le balcon pour tenter de retrouver de la vie, du mouvement, un peu comme au village Olympique quand tu vois des Georgiens parler à des Russes, un Marocain enlacer une Américaine, un Suédois embrasser une Sénégalaise… Alors tu te penches et tu admires le long cortège des embouteillages avec des cons en train de se traiter de tous les noms. Oui la jungle urbaine a aussi ses médaillés d’or, ses leaders, ses suiveurs, ses simples participants…comme aux JO ! ça rassure.

Tu fermes la fenêtre, tu allumes la télé pour tenter la rétrospective, pour te replonger dans le rêve éveillé…et tu tombes sur les Z’amours…oui l’audimat n’attend pas, place au direct, le réchauffé n’est pas vendeur.

Alors tu te mets à avoir du vague à l’âme, à avoir une pointe de nostalgie qui t’attaque les tripes…ça fait mal, peut-être même plus qu’une défaite, ça tord le ventre, tu te sens perdu…c’est le JO blues !

Finalement ça passe puisque tout finit par passer, tu te replonges dans le quotidien du sportif, tu te refais mal comme pour oublier cette petite douleur intérieure, comme pour t’excuser d’avoir eu le privilège de pouvoir vivre cela ne serais-ce qu’une seule fois dans ta vie.

Et puis en sortant de l’entrainement, tu croises un gamin qui te tend un papier et un stylo pour un autographe et qui te dis : « monsieur, bravo c’était trop bien les JO…faudrait que ce soit tous les ans ! »…

Tu as envie de lui répondre: " oh oui gamin, c'était bien...tellement bien...si ça pouvait être tous les jours…

 

 

Dédié à tous les sportifs qui dans les prochains jours vont ressentir le JO Blues!

 

Newzorro

 

Tag(s) : #Newzorro aux JO

Partager cet article

Repost 0