Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

21-publicites-Dark-Vador.jpg

 

Le monde de l'escrime est en émoi. Un émoi positif. A l'heure où je vous parle l'avenir est radieux. C'est vrai que ces derniers temps le doute était permis. Quand tu vois que le CIO avait prévu la sortie de la Lutte du programme Olympique, ça laisse perplexe sur l'avenir du sport au sein des JO. Bref, ces incertitudes ont fait naître de ci de là quelques interrogations bien légitimes :

Est-ce que l'escrime saura passer le cap du troisième millénaire ?

Sera t-elle conservée au programme olympique ?

S'il y a quelques temps encore ces doutes persistaient, depuis quelques jours ils sont enfin levés. Oui, c'est le secrétaire général de la fédération internationale d'escrime (FIE) qui a levé le voile sur l'escrime de demain.

Rassurés je vous dis...

 

Premièrement, pour tous les néophytes qui tentent, sans succès, de voir une touche sur les côtelettes ou la mimine d'un tireur lambda, pour la FIE la solution semble évidente : « on peut imaginer qu'un jour, les touches provoqueront une gerbe d'étincelles, ou une lumière au point de contact ». C'est vrai qu'avec son masque l'escrimeur ressemble déjà un peu à un soudeur, les étincelles ça ne le dérangera pas trop...il faudra juste prévoir des tenues ignifugées pour ne pas finir comme Niki Lauda ou bien comme un immolé du pôle Emploi, mais à part ça on devrait trouver un compromis.

 

Ensuite la FIE planche sur une évolution notoire, de celles qui font passer ton sport de discipline olympique à sport universel, voire même interplanétaire :  

« Peut-être qu'un jour les escrimeurs s'affronteront avec des armes lasers au lieu des métalliques...pour l'instant, l'idée d'utiliser des laser n'est qu'un rêve lointain ».  

Là je suis d'accord. Quand tu te retrouves face à un ersatz d'escrimeur qui ne bouge pas et qui attend la faute de l'adversaire, ça donne envie de le découper en morceaux. Peut-être que s'il sent qu'il va se faire atrophier les chicots et le reste au laser ça va le pousser un peu à gigoter. Soyons optimistes. Ceci dit il faudra quand même verrouiller tout ça pour éviter une découpe trop grossière. On doit quand même pouvoir reconnaître les restes à la fin du match...un aloyau par ici, une bavette par là et une belle tranche de roast-beef emballée...et avec ça ma bonne dame !? Avec la découpe au laser on devrait donc surfer sur la vague de la ménagère de moins de 50 ans qui ne sait pas ce qu'elle va faire à manger le soir à ses enfants affamés. Si tu lui proposes de la bidoche découpée au laser tu résous ses problèmes. On devrait exploser l'audimat.

 

En revanche, les maîtres d'armes auront beaucoup de mal à accepter cette vision galactique de l'escrime. On les comprend...devoir se faire passer pour le Maître Yoda avec ses 130cm de hauteur, ses oreilles en pointe et son faciès fripé ce n'est pas très valorisant pour eux. Même si certains lui ressemblent déjà à s'y méprendre, ça reste tout de même assez handicapant pour draguer de la frivole de bord de piste.

 

Tout cela peut donc paraître quelque peu avant-gardiste voire utopique pour certains ou carrément inenvisageable pour d'autres, mais rassurez-vous la FIE n'a rien inventé. Non de ce côté là les risques sont toujours limités.

Tout ceci existait depuis bien longtemps. Attention, je ne parle pas de la guerre des étoiles et de Luke Skywalker qui va punir au Laser les ennemis du bien et que Chewbaka tranche de la tête aux pieds dans un grand râle...non, il s'agit d'autre chose. J'y viens...

 

Tout à commencé dans des brumes froides, mystérieuses, opaques. Loin, très loin dans une galaxie lointaine...à Talinn, Estonie. Terre remplie d'une peuplade de blonds-albinos à la peau translucide par la faute d'un soleil trop longtemps absent. Espace jadis sous le joug d'une horde d'infâmes envahisseurs appelés les Soviets.

Hôtel Baltica, minuit le soir de la fin de la compétition, chambre 302. Stoïanov, un chasseur de prime d'une peuplade primitive tente de torpiller Polo au verre de bière de 50cl...cul sec.

Stoïanov est la star des leveurs de coude sur sa planète. Légèrement moins poilu que Chewbaka ou Demis Roussos, ses gros doigts velus laissent tout de même transparaître une puissance comparable.

3 secondes et 21 centièmes les 50cl !

Les 15 juges présents dans la chambre ne peuvent que constater l'incroyable efficacité du Bulgare assoiffé.

Intervient alors Polo, notre Han Solo à nous les habitants de la planète France. Polo-Solo n'est pas à proprement parler l’archétype du Jedi de comptoir. On peut lui concéder une grande faculté d’absorption des fluides dans un temps record mais pas plus. La digestion ultérieure reste souvent très délicate avec lui.

10 cul secs et 5 litres plus tard Polo a anéanti tous les espoirs de Stoïanov de gagner ne serait-ce qu'une manche du défi. Le Bulgare reconnaît sa défaite et tente une ultime revanche, à la vodka, en proposant de rejoindre la boite de nuit de l'hôtel. Périlleuse alternative.

1 heure du matin. Les portes des ascenseurs s'ouvrent. Polo et Stoïanov sortent accompagnés des 15 juges.

1h2 du matin, ils se font refouler par le videur sous prétexte que Polo n'est pas en état.

1h2 et 15 secondes, Polo-Solo tente une boutade : « I'm championship...». Polo est aussi bon en Anglais qu'un Bulgare est fort en Yaourt...

1h2 et 20 secondes, le videur pousse Polo pour l'empêcher d'entrer.

1h2 et 21 secondes, le videur s'endort paisiblement dans une petite gerbe d’étincelles sanguinolentes et quelques petites lumières sous forme de bougies qui tournent autour de sa tête. Règles de la FIE respectées : « on peut imaginer qu'un jour, les touches provoqueront une gerbe d'étincelles, ou une lumière au point de contact »

Match terminé.

 

Direction une autre boite de nuit plus accueillante. Il faut savoir découvrir d'autres planètes, la survie de l'escrimeur en dépend. Rezni', un local, nous attend sur la Baltique, dans son fief...

Rezni' c'est Vladimir Reznichenko, un cador d'une espère rare. Le premier escrimeur Russo-Estonien black. Pas à cause du soleil je vous rassure. Yeux clairs, balafre sur la joue, sourire carnassier. Rezni ne se fond jamais dans la masse, il sélectionne, il ventile. Ses touches faisaient mal. Il avait la parade vive et la riposte à vif.

RDV dans son repère...dans la boite de nuit au sein de laquelle c'est le cador. Aucun risque de te faire refouler quand tu viens de sa part. Le videur te déroule le tapis rouge et la vodka te tombe dans les doigts rapidement.

Ceci dit, avant d'entrer tu es confronté au doute. Un bateau de pirate en bois, pavillon au vent, posé sur la Baltique ça laisse traîner quelques incertitudes. Même la passerelle en bois n'est pas accueillante...frêle, étroite. La Baltique à 0° en dessous te rappelle qu'en cas de chute il te faudra au moins une bouteille entière de vodka pour te réchauffer les arpions. Tu es sur un bateau pirate mais pas dans les caraïbes.

Mais tu fais fi de tout ça. Puisque la promo de ton sport est en jeu, Pirate des Caraïbes sur la mer Baltique ça le fait aussi...

Bref, une fois le pied sur le pont, tu souris au videur comme un gland. Il n'y en a qu'un mais qui fait la taille de deux. La porte s'ouvre, tu commences à vouloir mettre une espadrille dans la disco et finalement tu n'entres pas. Non, il faut d'abord laisser passer les 4 rustiques qui en sortent pour faire un match en double. Rezni et un de ses potes contre 2 albinos « patibulaires mais presque ». Match en 1 seul set sec. Matraque et tesson de bouteille contre épée et poing de parpaing. Sabre laser accepté mais pas encore inventé de ce côté là de la mer baltique. Double à l'ancienne mais avec l’étincelle de sang qui jaillit selon les nouvelles règles FIE.

Le videur prend un air distant et regarde au loin comme pour admirer un beau lever de soleil. Plutôt rare en Estonie, surtout à 2h du mat'.

Un bras percé plus tard Rezni l'emporte. Sourire aux lèvres il se retourne vers nous et nous lance : "Bienvenidos my friends ! com' on, come with me inside". C'est "bizarre chez les marins ce besoin de faire des phrases"...

On n'a pas voulu le déranger... Dans ces cas là tu tentes le « thank you Rezni, it's late, tomorow we go back to France...the plane is early in the morning... ».

Par bonheur ça marche et Rezni te propose de te ramener à l'hôtel avec sa voiture. Une Lada sport modèle « Retour du Jedi...il y a bien longtemps dans une planète lointaine »... Ce qui est bien en Estonie avec Rezni c'est que si tu es pressé d'aller dormir tu n'es pas embêté par les feux rouges. Pas plus qu'avec les limitations de vitesse d'ailleurs. Oui, la Lada peut dépasser les 120km/h en ville, je confirme. En revanche là où tu perds du temps c'est quand tu es coursé par 3 voitures de police et que tu es obligé de tenter de les semer. Là, tu vas toujours aussi vite mais tu dois quand même tenter quelques détours. Tu visites de la grande artère plein pot, puis tu déboules dans de la ruelle sordide, pour ensuite te faire serrer sur la place centrale par deux autres voitures venues en renfort. Oui, là tu perds du temps. Pas à cause des papiers et des éventuelles menottes, non, à cause du fait que Rezni n'aime pas perdre. Du coup quand il décide de fermer toutes les portes de la voiture en faisant des gestes évocateurs aux condés Estoniens ça te fait perdre un temps fou...

Par bonheur, nous avons réussi à attraper l'avion du lendemain. L'Estonien avait à l'époque une faculté de pardon nettement supérieure à celle d'un condé Français t'arrêtant pour un dépassement de parcmètre.

Quelques années plus tard Rezni, expatrié en Allemagne et tirant en équipe Germanique d'escrime, volera le mini-bus de l’équipe pour aller se dégourdir les jambes et le verre de vodka à Moscou. Depuis plus aucun signe de vie...

 

Je suis certain que ce genre d'histoire est vendeur. Par les temps qui courent, de la bonne « escrime réalité » c'est ce que demande le public. Tu veux du populaire? L'escrime t'offre mieux. On t'offre l'attaque des clones, on t'offre du rebelle, des dark Vador et des Chewbaka plein les pistes et des Jabba the Hutt de la troisième mi-temps...on t'offre même du côté obscur avec de la sournoise poitrinaire façon Nabila équipée de gros protège pare-chocs estampillés FIE !

 

Si avec tout ça on ne passe pas à la télé...

 

Newzorro

 

la home page de newzorro c'est par ici

newzorroblackwhite

Tag(s) : #ça pique !

Partager cet article

Repost 0