Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arbitre_cartons__lpkrmd.jpg

 

C'est une scène magnifique qui s'est déroulée lundi soir sous les yeux ravis de millions de téléspectateurs du JT de 20h de France Télévision : Bernard Tapie a fait un Alexandrin.

Le public encore incrédule à 20h16 a finalement dû se rendre à l'évidence : Bernard Tapie est un poète !

Tous les espoirs sont donc à présent permis du côté de Nanard pour prouver son innocence puisqu'entre deux vers et trois rimes riches, il est parvenu à nous délivrer une citation qui restera gravée dans les meilleures pages de la littérature Française :

C'est un complot...Estoup j'le connais pas, la preuve j'ai mal écrit son nom ! 

Superbe, magistral !

 


Que les plus férus de poésie moderne se rassurent, ils vont pouvoir prolonger l'extase en achetant le livre que Nanard vient de sortir. Un manuscrit qui trouvera certainement sa juste place dans leur bibliothèque, entre la « Balade contre les ennemis de la France » de François VILLON et le recueil « Alcools » de Guillaume APOLINAIRE. Quitte à se faire bourrer le mou autant que ce soit en poésie.

D'ailleurs, il se pourrait que les États-Unis apportent eux aussi leur petite pièce à cet édifice littéraire. Oui, grâce à l'espionnage de la NSA qui a écouté la plupart des pays Européens, nous devrions pouvoir mettre la main sur quelques joyaux de la poésie Française...qui sait, ils ont peut-être un enregistrement d'une rencontre au sommet de l'état. Une scène qui regrouperait nos plus fins penseurs. Tentons d'y voir plus clair et laissons nous aller à une imagination de bon aloi tant notre curiosité est grande.

 

Palais de l'Elysée.

Autour d'une jolie table élégamment décorée d'un bouquet de fleurs, quelques penseurs des temps modernes se livrent à une séance d'échanges verbaux créatifs et propices à la naissance d'une œuvre littéraire de haute volée...

Il y a là Christine, appelée aussi « Cricri le pince nez ». A côté d'elle Nanard trône tel un phénix. En face de lui siège un homme qu'il est difficile d'identifier parce qu'il dépasse tout juste de la table malgré de grandes talonnettes. Tout au bout de cette longue table ont pris place Stéphane, dit « Stefou le jus d'orange » et « Claude visage pale ».

Nanard le phénix prend la parole pour lancer un Alexandrin dont il a le secret et tenter de stimuler la folie créative de ses comparses :

«filez-moi l'oseille et on n'en parle plus »

Aussitôt Claude « visage pâle », toujours aussi précis et méticuleux quant il s'agit de compter les pieds des vers ou les biffetons de 500, lui fait remarquer que le compte n'est pas bon...oui, il manque un pied pour faire un Alexandrin !

 

La réplique de Nanard ne se fait pas attendre :

« Toi ferme-là tronche plate...le pied qui manque tu vas te le prendre dans le cul et tu vas partir en orbite façon spoutnik. Quand les burnés parlent, les couilles d'olive les écoutent...Non mais vous avez-vu ça les gars, l'autre il est incapable de jouer les agressifs quand un journaliste l'accuse d'avoir siphonné le cash de la police et il vient me donner des leçons à moi... ! »

 

 


 

Le petit de l'autre coté de la table tente de calmer les esprits en même temps que ses talonnettes cherchent vainement à atteindre le sol sous la chaise :

« Calme toi Nanard, laisse le, il est tendu en ce moment...il essaye de peindre un tableau Flamand avec des bateaux, il a dans l'idée qu'il y a du blé à faire dans la peinture...je lui ai proposé de repeindre la façade du palais parce que les sbires de Kadhafi l'ont salopé en pissant dessus quand ils sont venus faire du camping...du coup il s'est vexé ! »

 

Nanard : «Ben qu'il se dé-vexe vite face de pet sinon je vais lui faire goûter du pointu taille 44...j'te garantis que ça va pas être un plat du pied petit filet...il va prendre du féroce taillé en pointe façon Basile Boli quand il fait un dégagement pour tuer une mouette. Tu connais « Basile la masse » Claude ? Nan, tu peux pas connaître, toi t'es un gentleman, t'es un cador de salon, t'es un descendant de Van Gogh, tu fais dans la peinture...Putain si t'avais connu mon Basilou j'te garantis que tu la ramènerais pas...rien qu'à entendre le son de sa respiration sortir par ses naseaux suintants t'aurais peint une toile toute marron et sans pinceau !

Ouais mon gars, là y'avait de la défense...pas comme toi quand tu fait ta tête de Droopy...nous on tailladais du tibia au sécateur calibre 12...nous on plantait du fémur et on vendangeait de la rotule....c'était beau... Une envolée lyrique de Di Meco crampons au vent c'était quand même quelque chose...Leonard de Vinci aurait connu ça il en aurait fait un chef d'oeuvre !».

 

« Du calme Nanard, c'est bon, t'inquiète pas t'auras ton blé » tranche le petit dont le menton parvient enfin à dépasser le haut de la table.

 

« OK je me calme...45 barres de préjudice moral c'est le minimum, j'ai souffert putain...»

 

«Oui je suis d'accord, mais il faut que nous fassions attention à ne pas froisser le peuple mon cher Bernard, 45 millions de préjudice c'est beaucoup», lâche "Cricri le pince nez" dans un sursaut créatif proche de l'exutoire clitoridien.

 

Nanard enchaîne : « Toi la sauterelle enlève ton pince nez on dirait que tu parles à un troupeau de bouseux...t'étais encore en train de faire des ronds de jambe avec la truffe dans le chlore que moi j'avais déjà fait le tour de France avec mon équipe...oui madame...j'ai fait le tour moi madame...j'avais Le blaireau en fer de lance...c'était beau à l'époque le Tour, Hinault tournait au BIO de chez La vie Claire et je lui mettais une pile Wonder dans le cul pour les cols de première catégorie, ça c'est du sponsoring à l'ancienne...Putain j'aurais gardé mon blé de l'époque que j'aurais monté toute une équipe avec Armstrong en tête de gondole...à l'heure qu'il est il serait en train de battre le record du tour du monde en solitaire et sans respirer. Si ça c'est pas du préjudice... ! ».

 

« Merci Bernard, tu...» coupe Claude bille d'olives immédiatement repris par le petit dont le menton dépasse à présent largement la table parce qu'ayant entendu le mot vélo, ses jambes se sont mises à pédaler dans le vide et ses épaules à gigoter comme celle d'un sprinteur. « Passons à la rédaction du texte de ton livre, il faut qu'on chiade le passage sur la justification des 45 millions...il nous faut un paragraphe d'anthologie...un truc à la Henri Guaino, une prose qui ne souffre aucune contestation en quelque sorte, une vraie plume, un cador, une épée quoi... »

 

Claude « visage pâle » se fend alors d'une suggestion. Les lèvres à peine entrouvertes et l'oeil craintif, il susurre: « euh, je propose que l'on fasse appel à nos forces vives en matière de littérature...je propose Frédéric Levebvre...il est incollable sur Zadig et Voltaire...c'est une référence parait-il ! »

 

 

Nanard réplique du tac au tac : «Non mais vous l'entendez l'autre face de coupable...faut que t'arrêtes les cachetons...Zadig et Voltaire t'es pas bien non ? Voltaire on peut pas le prendre c'est un mec coupable...tu connais pas la chanson ? « je suis tombé par terre c'est la faute à Voltaire... » t'es con ou bien ? Si on fait dans le Voltaire on va encore dire que c'est moi qui ai fait le croque en jambe...dans le Zadig je dis pas...mais surtout pas dans le Voltaire».

 

Et Nanard de poursuivre en calmant tout le monde « Ne vous inquiétez pas, tout est prévu...et voilà le travail ! »lâche Nanard fier comme un patron de boucherie chevaline avant le drame des lasagnes Findus. Il leur tend un bout de parchemin griffonné au Mont-Blanc...quitte à grimper des cols autant se taper le plus haut d'Europe.

Voila mon texte pour justifier les 45 M€ de préjudice moral par rapport à ce qui est couramment octroyé aux familles touchées par un drame :

*« ...mais les plus malheureux d'entre eux  (NDLR les familles ayant perdu un enfant, celles d'accidentés définitivement handicapés...) peuvent comprendre même sans connaître les détails d'un dossier complexe, qu'il y a une différence entre la victime d'un accident parfaitement fatal et celui qui subit pendant si longtemps -20 ans aujourd'hui- un acharnement sans précédent ayant pour objectif avoué son élimination, sa mort politique, sa mort économique, sa mort symbolique et à la fin sa mort tout court ».

 

De la littérature en bande organisée, de la bonne...

 

Newzorro

 

*passage tiré du livre de Bernard Tapie « Un scandale d'Etat, oui mais pas celui qu'ils vous racontent » Plon.

 

 

Vous voulez savoir comment Marine Le Pen est tombée dans sa piscine: le lien ici:

La chute de la maison France

 

Vous voulez connaitre ce que Tapie a dit aux policiers durant sa garde à vue, le lien ici:

Laisse aller c'est une valse

 


Tag(s) : #ça pique !

Partager cet article

Repost 0